La Salsa cubaine ou portoricaine ?

On s’est tous déjà posé cette question : « C’est quoi la différence entre la salsa cubaine et la salsa portoricaine ? ». Et on a tous déjà entendu cette réponse : « La salsa cubaine, c’est un peu plus facile et plus festif ! ». Pourtant, la salsa portoricaine peut procurer également beaucoup de joie.

Alors, sur quels critères se basent les salseros ? Et pourquoi la salsa cubaine a-t-elle cette étiquette :


La salsa cubaine : Casino


La danse salsa est apparue dans les années 60 et a pris ses racines dans les sons cubains. Suite à une vague migratoire des cubains vers les Etats-Unis, c’est à New York que la salsa va prendre de l’ampleur et devenir mondialement connue. Dans les années 90, le son de la salsa cubaine commence à s’essouffler et laisse place aux artistes portoricains tels que Marc Anthony ou encore Luis Enrique. Vous l’aurez compris, c’est vers les années 2000 que le combat de coq entre la team « danseurs de cubaine » et les « danseurs de porto » est né !


La musique cubaine se veut particulièrement conviviale et dynamique. Elle est composée d’instruments authentiques tels que les claves (petits bâtons en bois), les maracas, les congas…

Contrairement à la salsa portoricaine qui se danse en ligne, la salsa cubaine est caractérisée par un déplacement en arc de cercle. Il est vrai que tourner de manière circulaire demande généralement moins d’effort qu’un double/triple tour sur une ligne droite. La salsa cubaine serait en ce point plus accessible, du moins au début ! En effet, en cubaine, les imperfections ne sont pas aussi pénalisantes qu’en porto. Celles-ci ne vont pas vous empêcher de danser.

En salsa portoricaine, vous serez obligé de passer un cap, d’acquérir un minimum de précision pour rendre la danse viable.

Mais attention à ne pas sous-estimer la complexité de la salsa cubaine pour autant !

Cette dernière devient rude à partir du moment ou elle témoigne de l’expression corporelle dans son solo. Si vous n’aimez pas faire les choses à moitié, vous comprendrez vite que prendre de simples cours de Salsa Casino (salsa couple) ne suffit pas ! Pour progresser, il vous faudra compléter avec des cours de suelta et styling cubano, de rumba et d’afro.

Des cours conçus pour travailler votre expression corporelle : variations de pas de base, ports de bras, jeux de pieds, jeux d’épaules. Si les cubains ont ça dans le sang, ce n’est pas encore le cas des européens qui ont la fâcheuse tendance à mentaliser les mouvements avant de les exécuter !



La salsa cubaine, plus cool que la salsa porto ?


Plus abordable, peut-être ! Plus cool, ça dépend des critères de chacun. Certains associent la facilité à quelque chose de fun. D’autres prennent du plaisir quand ils se sentent stimulés. Et puis il y a ceux qui sont davantage sensibles aux influences de la culture afro-cubaine. Le meilleur moyen de se faire un avis reste de tester les deux cours de salsa. Il est également probable que vous adoriez les deux, et tant mieux : cela fait de vous quelqu’un de polyvalent.


Les cours de Salsa Portoricaine, ou encore « Mambo » sont axés sur la précision et l’élégance.

A la fois technique et expressive, elle donne à chacun la possibilité de développer son propre style.


Au sein même de cette dénomination, on voit coexister deux tendances :


  1. Le style de Los Angeles qui se danse sur le 1er temps du cycle musical

  2. le style de New-York qui se danse sur le 2è temps


En résumé le « 1 » met l’accent sur la mélodie alors que le « 2 » marque la phrase rythmique.


De cette nuance d’appréciation ressort une musicalité différente. Le style de New-York souligne la structure rythmique de la musique mettant en relief le swing du Guaganco, du Son et du Mambo qui sont les ancêtres de la musique salsa. Au-delà du swing et des nombreux jeux de jambes qu’il inclut (appelés shines), le New-York style, également appelé « Mambo on 2 », se caractérise par son élégance, sa fluidité et son élasticité.